Après que et Avant que

par Christine Ouindans Conjugaison, Temps et modes

« On cherche ce qu’il dit après qu’il a parlé », se moque Chrysale, le mari de Philaminte, en décrivant Trissotin, le pédant poète dont raffole son épouse. Cette réplique est issue des Femmes savantes, une réjouissante comédie de mœurs de Molière, demeurée étonnamment moderne malgré ses trois siècles et demi d’existence. Ne qualifie-t-on pas le français de « langue de Molière » ? Il faut donc admettre que nous pouvons prendre exemple sur ce brillant auteur si cher à nos cœurs : or, c’est bien le passé composé, un temps du mode indicatif, qu’il met dans la bouche de Chrysale lorsque ce personnage utilise la proposition temporelle débutant par « après que ».

Hélas, de nos jours, on lit trop souvent dans les articles de journaux, et parfois même dans la littérature, et l’on entend régulièrement dans la langue parlée, à la radio et à la télévision, la locution conjonctive « après que » construite avec le subjonctif : après qu’elle soit venue, …

Partager cet article

Les participes passés des verbes pronominaux

par Chantal Contantdans Conjugaison

L’accord du participe passé est-il un casse-tête pour vous? Essayons d’y voir clair.

A) Lorsqu’un participe passé est conjugué avec être, il reçoit le genre et le nombre du sujet, comme s’il était un adjectif : elle est arrivée, elle est revenue, comme elle est belle.

B) Lorsqu’un participe est conjugué avec avoir, il ne reçoit jamais l’accord du sujet, mais uniquement de son complément direct (CD) si celui-ci est placé avant : invariable dans elle a mangé et elle a mangé des fruits, mais accordé avec le CD de gauche dans les fruits qu’elle a mangés, elle les a mangés.

C) La règle la plus compliquée est celle de l’accord du participe des verbes pronominaux. Votre Bescherelle illustre au tableau 87 ce qu’est un verbe pronominal : je me lave,

Partager cet article

L’accent circonflexe dans la conjugaison

par Chantal Contantdans Accentuation

L’accent circonflexe disparait-il? Oui, en partie. Des rectifications bien ciblées ont été apportées à l’orthographe, et le Bescherelle signale cette nouvelle orthographe.

LA RÈGLE – L’accent circonflexe n’est plus nécessaire sur « i » ni sur « u ». On peut donc écrire je maitrise, il parait, elle me plait, il me déplait, nous brulons, elle veut jeuner.

Notamment, tous les verbes en -aître deviennent des verbes en -aitre : naitre, connaitre, paraitre, apparaitre, disparaitre, etc. De même, dans leur conjugaison, on peut écrire sans l’accent circonflexe les formes elle nait, on connait, il paraitrait, elle disparaitra,

Partager cet article