La correspondance des temps en trois scénarios

par Stéphanie Tétreaultdans Conjugaison, Temps et modes

Étant réviseure linguistique depuis une douzaine d’années, j’ai constaté qu’il y avait une difficulté récurrente chez les apprentis auteurs : la concordance ou correspondance des temps. Dans un roman, un des défis majeurs est en effet de bien faire concorder ses verbes. Et ici, je ne parle pas de savoir comment conjuguer ni accorder tel ou tel verbe, mais bien de savoir quel temps de verbe privilégier. Appelons ce concept le système verbal du récit. Par exemple, j’ai souvent eu à réviser des récits entamés au présent de l’indicatif pour la trame narrative présente du récit (l’action). Après quelques chapitres, oups… l’auteur a décidé d’y aller avec le passé simple. (Ou vice versa, car l’auteur réalise qu’il ne maîtrise pas bien le passé simple, un temps de verbe qu’on n’utilise jamais à l’oral.)

Ensuite, qu’advient-il lorsque l’auteur veut écrire une description ou un sentiment? Il doit souvent changer de temps de verbe, par exemple utiliser l’imparfait ou le passé composé. …

Partager cet article

Vas-y! Va voir s’il faut un « s » à l’impératif!

par Chantal Contantdans Conjugaison

Avez-vous remarqué qu’il faut parfois écrire un « s » à la fin du verbe quand on donne un ordre à l’impératif, et parfois non? Exemples : Vas-y! Prends-le. Déplace-le. Ouvre la porte. Reviens ici! Manges-en. Mange en vitesse! Donne-la-nous. Ne crie pas. Finis ton travail. Pars!

Mais quelle est donc la règle? La voici :

À la 2e personne du singulier de l’impératif présent, on conjugue le verbe comme on le fait à l’indicatif présent : Tu pars Pars! Tu reviens ici Reviens ici! Tu finis ton travail Finis ton travail.

Cependant, si le verbe se termine par -es, on lui enlève généralement le « s » : Tu le déplaces Déplace-le. Tu ouvres la porte Ouvre la porte.

Partager cet article

Il courait ou il courrait ? Faut-il un « r » simple ou double ?

par Chantal Contantdans Conjugaison, Verbes irréguliers

Courir

Il n’est pas toujours facile de savoir s’il faut mettre un « r » simple ou double dans la conjugaison du verbe courir : L’an dernier, ma sœur courait le marathon de Montréal; si elle en avait les moyens, elle voyagerait et courrait le marathon de New York.

La forme courait (« r » simple) correspond à un temps que l’on appelle l’imparfait. L’action se déroule dans le passé : Elle partait, elle allait vite, elle courait.

La forme courrait (« r » double) correspond au conditionnel. L’action se déroule dans un futur hypothétique et dépend d’une condition : Si elle avait de l’argent, elle partirait, elle irait à New York, elle courrait le marathon.

C’est uniquement au futur et au conditionnel que courir prend deux « r ». …

Partager cet article