La voleuse de verbes

par Sonia K. Laflammedans Mots d’auteur

Sonia K. Laflamme est auteure jeunesse. Elle a écrit une trentaine de romans. Elle nous révèle ici un petit secret lié à son précieux Bescherelle.

À l’école secondaire, je savais déjà que je souhaitais devenir écrivaine. J’avais d’ailleurs écrit mon premier roman dans le cours de français de 3e secondaire, à l’intérieur de 5 cahiers Canada. J’adorais écrire et je tenais à améliorer la qualité de mon français. Cependant, à la maison, nous n’avions pas forcément les moyens d’acheter des livres de référence. Alors, un jour, j’ai piqué un exemplaire du Bescherelle, l’Art de conjuguer dans la réserve de ma classe. Et c’est encore lui que j’utilise aujourd’hui, 35 ans plus tard, lorsqu’un verbe me fait des misères… …

Partager cet article

Le verbe se fiche à l’infinitif : une forme méconnue

par Laurent Chabindans Mots d’auteur

Laurent Chabin est un prolifique auteur de romans policiers. Il a publié plus de quatre-vingt romans, dont une soixantaine pour la jeunesse. Le verbe n’a plus de secret pour lui. Mais les révisions lui donnent parfois du fil à retordre…

Le Bescherelle est probablement l’un des livres que j’ai le plus lu dans ma vie. Les réviseurs et réviseures savent à quel point je peux être têtu et tatillon pour des détails. En voici un, entre autres. J’utilise souvent dans mes romans un verbe dont la forme à l’infinitif est tout à fait inhabituelle : se fiche. Se fiche de ce qu’on en pense, par exemple. Chaque fois que j’utilise ce verbe à l’infinitif, les réviseurs me le corrigent en ajoutant un « r » à la fin. Correction que je refuse toujours, arguant du fait que « se fiche » est bien un infinitif. Mais, invariablement, …

Partager cet article