Les astuces de votre conjugueur

par Chantal Contantdans Outils, Temps et modes

Vos enfants ou vous-même avez sans doute utilisé à l’école le conjugueur Bescherelle. Peut-être vous en servez-vous aujourd’hui à la maison ou au bureau.

Voici quelques trucs pratiques pour bien exploiter cet ouvrage de référence sur les verbes du français. Il se divise en trois parties.

1) GRAMMAIRE DU VERBE

Qu’est-ce qu’un verbe, un radical et un affixe? Comment accorder le verbe? Comment accorder son participe passé? Quelle est la valeur des temps et des modes, notamment pour bien assurer la correspondance des temps? Qu’est-ce qu’un verbe défectif? Une section du Bescherelle L’art de conjuguer répond entre autres à ces questions.

Trucs pratiques

Dans l’édition actuelle, découvrez les paragraphes 4 et 18 sur le choix de l’auxiliaire (avoir ou être) dans la conjugaison. …

Partager cet article

Le choix du mode

par Chantal Contantdans Conjugaison, Temps et modes

Pour bien orthographier les verbes, il ne suffit pas de savoir COMMENT un verbe s’écrit au mode subjonctif ou au mode indicatif; encore faut-il savoir DANS QUELS CONTEXTES on doit conjuguer à l’un ou à l’autre de ces modes. Exemples :

Nous nettoyons le garage, Marc le sait et il nous voit (indicatif).

Il faut que nous nettoyions le garage, que Marc le sache et qu’il nous voie (subjonctif).

Rappelons brièvement que les verbes se terminent toujours par -e, -es, -e, -ions, -iez, -ent au subjonctif, sauf être et avoir. Voyez ici les détails de la conjugaison des verbes au subjonctif.

QUAND UTILISE-T-ON LE SUBJONCTIF?

Après des verbes de doute, de volonté ou de nécessité, …

Partager cet article

L’inversion du sujet « je » au présent

par Christine Ouindans Conjugaison, Temps et modes

En tant qu’éditrice de romans, je reçois régulièrement des messages de lecteurs et de lectrices attentifs, qui ont relevé des coquilles ou même des fautes dans certains livres. Je leur en suis très reconnaissante, car cela permet d’effectuer les corrections lors des réimpressions. Cependant, il arrive parfois que les « erreurs » indiquées n’en soient pas et témoignent plutôt d’un usage peu fréquent, d’où découle une méconnaissance de la grammaire.

Ainsi, plusieurs lecteurs ont cru noter une inexactitude dans des phrases conjuguées au présent de l’indicatif et construites avec inversion du sujet « je » (prenons l’exemple de décidé-je qui a pu leur paraître fautif). Or, lorsque le verbe conjugué au présent se termine par un e muet à la première personne du singulier (ce qui est le cas de presque tous les verbes du premier groupe), on doit l’écrire avec un accent aigu, tout en le prononçant comme s’il portait un accent grave*. …

Partager cet article