Il époussette ou il époussète

par Chantal Contantdans Orthographe et grammaire du verbe

Écrit-on il ruisselle ou il ruissèle? On dénivellera ou on dénivèlera? J’épelle ou j’épèle? Il nous harcelle ou il nous harcèle? Elle brevette ou elle brevète? Il feuillette ou il feuillète? Les deux formes sont admises de nos jours, et la seconde forme (avec accent grave) est celle qui est recommandée par le Conseil supérieur de la langue française. Le Bescherelle offre donc les deux formes dans ses tableaux de conjugaison, évidemment!

Quoi? L’orthographe évolue? Oui, assurément, mais de façon lente et sans bouleverser toutes nos habitudes d’écriture. Des ajustements logiques sont officialisés environ deux fois par siècle, pour des raisons de cohérence et pour éliminer certaines exceptions inutiles.

Ainsi, des rectifications sages et limitées ont été apportées à l’orthographe du français en 1990 : des mots connaissent maintenant une nouvelle orthographe, …

Partager cet article

Doit-on dire il a tombé ou il est tombé?

par Chantal Contantdans Orthographe et grammaire du verbe

Il existe deux auxiliaires de conjugaison en français : avoir et être. Exemples : J’ai couru, je suis arrivé.

Les verbes français se conjuguent majoritairement avec l’auxiliaire avoir. Ainsi, au passé composé, on dit il a chanté, il a vécu, il a souri… Il en est de même aux autres temps composés (plus-que-parfait, futur antérieur, etc.) : il avait chanté, il aura chanté, il aurait chanté, qu’il ait chanté…

Cependant, une vingtaine de verbes exigent d’être conjugués avec être dans les temps composés. C’est très peu, quand on sait que le Bescherelle contient des milliers de verbes, mais il faut bien les connaitre. La liste de ces verbes comprend notamment aller, arriver, devenir, revenir, décéder, naitre : on dit il est allé et non *il a allé; …

Partager cet article

Vas-y! Va voir s’il faut un « s » à l’impératif!

par Chantal Contantdans Orthographe et grammaire du verbe

Avez-vous remarqué qu’il faut parfois écrire un « s » à la fin du verbe quand on donne un ordre à l’impératif, et parfois non? Exemples : Vas-y! Prends-le. Déplace-le. Ouvre la porte. Reviens ici! Manges-en. Mange en vitesse! Donne-la-nous. Ne crie pas. Finis ton travail. Pars!

Mais quelle est donc la règle? La voici :

À la 2e personne du singulier de l’impératif présent, on conjugue le verbe comme on le fait à l’indicatif présent : Tu pars Pars! Tu reviens ici Reviens ici! Tu finis ton travail Finis ton travail.

Cependant, si le verbe se termine par -es, on lui enlève généralement le « s » : Tu le déplaces Déplace-le. Tu ouvres la porte Ouvre la porte.

Partager cet article