Procès-verbal: trois erreurs répandues

par Delphine Naumdans Anglicismes, Vocabulaire

Procès-verbal

Hier, Jean Termin ne s’est pas présenté au travail à cause d’une migraine. Durant son absence avait lieu une réunion du conseil d’administration. On a donc confié la tâche de rédiger le procès-verbal de la rencontre à Marco, un petit nouveau. La qualité linguistique de ce document inquiète Jean. Il demande à en obtenir une copie pour, prétend-il, se tenir « au courant des dossiers importants ».

Il passe d’abord en revue les points à l’ordre du jour : « Ouverture de la réunion », « Adoption de l’ordre du jour »… Franchement, il ne trouve rien à redire; ce procès-verbal commence dans la perfection. Jean se dit qu’il faudra aller en féliciter le rédacteur. « J’ai enfin trouvé mon alter ego », songe-t-il avant de lire la suite du texte. « Adoption et suivi du procès-verbal de la dernière réunion », « Départ de Martin Vinet », …

Partager cet article

L’art de rédiger une offre d’emploi

par Delphine Naumdans Anglicismes, Vocabulaire

—  J’ai besoin de ton aide !

Jean adore quand Marie-Laure, la plus charmante de ses collègues, vient ainsi le « déranger » dans son bureau (oui, il y a des guillemets, et parfois aussi des points et des virgules dans les pensées de Jean). Comme d’habitude, Marie-Laure tient entre ses mains l’offre d’emploi d’un client illettré. Jean interprète les visites de la jeune femme comme un prétexte, une façon détournée de lui signifier qu’elle a besoin de lui.

— C’était pour hier. Peux-tu me faire ça rapidement ?

Jean acquiesce avec sang froid. Viennent ensuite les mots jouissifs que Marie-Laure prononce toujours à la perfection :

— Merci, Jean. Tu es mon sauveur !

Il n’en faut pas plus pour galvaniser l’âme guerrière de Jean, qui s’empresse de sortir son stylo rouge pour contrer, une erreur à la fois, le massacre de sa langue chérie. …

Partager cet article

La conversation téléphonique

par Delphine Naumdans Anglicismes, Vocabulaire

Cet après-midi, Jean Termin doit s’acquitter d’une tâche qui le rend nerveux : subir une conversation téléphonique. Il s’inquiète pour ses délicates oreilles, qui souffrent quotidiennement du massacre chronique de la langue parlée en milieu de travail.

Il prend son courage à deux mains, décroche le combiné, compose le numéro de téléphone et attend en souhaitant que tout se passe bien. Un homme répond :

— Mirliton communications, veuillez garder la ligne…

Une douce mélodie prend le relais de la voix pour signaler que l’appel est mis en attente. Jean fulmine. La musique cesse pour laisser place à la voix de l’employé générateur de fautes.

— Merci d’avoir patienté. Comment puis-je vous aider ?

— Comment m’aider ? Je vais vous le dire : en cessant de convier les  gens à garder la ligne ! En français, on demandera plutôt de rester en  ligne. On pourrait aussi dire ceci : « Un moment, …

Partager cet article