Nous continuons aujourd’hui notre incursion dans le monde de la lexicologie, c’est-à-dire dans l’univers des dictionnaires. Le mot lexique signifie « ensemble des mots de vocabulaire ».

Ce sont les lexicographes qui rédigent les articles dans les dictionnaires. On appelle article l’ensemble du texte qui sert à décrire un mot. Chaque mot de vocabulaire qui est décrit se nomme une vedette.

Quand on cherche un verbe dans un dictionnaire, on doit savoir que le mot vedette apparait à l’infinitif. Pour les adjectifs, le terme vedette est donné au masculin singulier. Ainsi, si on lit dans un texte les mots acquiesçons, conquière, spinales ou hivernaux et qu’on souhaite en connaitre le sens, c’est sous les vedettes acquiescer, conquérir, spinal et hivernal qu’on trouvera leur définition dans un dictionnaire.

Il existe différents types de dictionnaires : dictionnaires de difficultés, encyclopédiques, analogiques, spécialisés… Ils ne ciblent pas tous le même objectif ou la même clientèle. Mais ils contiennent généralement des mots vedettes suivis de leur article.

Dans les dictionnaires usuels, le corps de l’article est précédé du terme vedette en majuscules ou en gras suivi de sa classe de mot (sa catégorie : verbe, adjectif, préposition, adverbe…) et de quelques précisions morphologiques ou syntaxiques, comme le genre féminin ou masculin dans le cas d’un nom, ou encore la transitivité ou non (verbe transitif direct, verbe intransitif, etc.) et le modèle de conjugaison dans le cas d’un verbe. Le dictionnaire en format électronique a l’avantage de présenter de façon complète la conjugaison des verbes, alors que les dictionnaires en papier font plutôt un renvoi, souvent par un numéro, vers des tableaux ou des extraits de tableaux de conjugaison de verbes similaires, situés en début ou en fin d’ouvrage.

Avant d’arriver à la définition proprement dite du mot vedette, on trouve parfois des informations sur sa prononciation. Certains dictionnaires donnent systématiquement la prononciation des mots, alors que d’autres ne la donnent que lorsqu’elle pose un problème. Elle est généralement illustrée à l’aide des symboles de l’alphabet phonétique international (API). Par exemple, le symbole [ɔ̃] sert à représenter le son « on » qu’on rencontre dans maison ou nombril.

Suivent ensuite généralement les informations sur l’histoire du terme vedette, qu’on appelle l’étymologie : la date d’apparition du mot, sa langue d’origine (le grec, le latin, l’anglais, l’italien, l’arabe, etc.), son orthographe d’autrefois, etc.

Puis arrive enfin la définition du mot. L’organisation des sens et des sous-sens d’un mot peut être complexe. Dans des dictionnaires exhaustifs, le sens le plus ancien est souvent donné d’abord, et suivent ensuite les sens ou emplois plus modernes. D’où l’importance de ne pas lire uniquement la première ligne de la définition!

Différentes marques d’usage sont utilisées dans les définitions pour désigner le contexte d’emploi d’un mot : marques géographiques (Afrique, Belgique…), marques de registre de langue (familier, populaire, soutenu…), marques de fréquence (rare, courant), marques de domaine d’emploi (chimie, informatique…). Nous aborderons ces différents aspects dans un autre billet.

Finalement, dans un article de dictionnaire, des synonymes et des antonymes apparaissent parfois sous chaque sous-sens ou parfois simplement en fin d’article. Cette pratique varie d’un dictionnaire à l’autre.

Partager cet article