Bescherelle.

La référence.

Derniers billets

Les types de dictionnaires

par Chantal Contantdans Vocabulaire

Partager cet article

On dit parfois qu’on cherche un mot dans le dictionnaire. Pourtant, il n’y a pas un (et un seul) dictionnaire, qui détiendrait toute la vérité sur les différents aspects de la langue française. Non. Chaque dictionnaire qu’on consulte est différent des autres dictionnaires sur le marché. En effet, chaque maison d’édition fait des choix dans le nombre de mots à décrire, dans le nombre de sens à donner à chaque mot, dans le type d’informations à présenter, dans l’orthographe à privilégier lorsqu’un mot peut s’écrire de plusieurs façons (goulache, goulasch ou goulash; estrogène ou œstrogène), etc.

Un dictionnaire est dit de type encyclopédique s’il décrit en détail les réalités du monde. Le Petit Larousse illustré en est un. Par exemple, on trouve sous les mots danse et terre des images et de l’information encyclopédique sur l’évolution de la danse au fil des siècles, …

Le bon accord de « possible »

par Christine Ouindans Accord

Partager cet article

Si impossible n’est pas français, possible obéit à des règles précises :

1. Possible est invariable :

  • Lorsque l’adjectif « possible » est placé immédiatement après une locution superlative, telles que : le plus, le moins, le mieux, le meilleur, il est invariable. Marcel Achard nous en donne un bel exemple, dans le discours qu’il livra lors de sa réception à l’Académie française, alors qu’il faisait l’éloge de son prédécesseur :

«   André Chevrillon accepta joyeusement cette invitation au voyage. Pour plaire à son oncle, d’abord, qui lui conseillait de ne pas vivre uniquement dans les livres et de voir le plus possible de gens de toutes sortes. »

Des fausses rumeurs sur le français

par Chantal Contantdans Orthographe

Partager cet article

Nous réfutons ici certaines règles ou principes sur le français qui ne sont pas exacts, et qui constituent donc des fausses rumeurs.

1- Non, le verbe qui suit la préposition « de » n’est pas nécessairement à l’infinitif.

Il est vrai cependant que, statistiquement, la préposition de est beaucoup plus souvent suivie d’un verbe à l’infinitif que d’un adjectif :

a) Je n’ai pas l’intention de déséquilibrer mon budget.

b) Les portes viennent de fermer.

Il arrive tout de même qu’un qualificatif soit requis après de.

c) Nous la traitons de déséquilibrée.

d) Il y a deux portes de fermées.

La meilleure façon de le vérifier est de remplacer par un synonyme le mot qui nous pose un problème, …

Billets par catégories