Bescherelle.

La référence.

Derniers billets

Les pronoms indéfinis

par Christine Ouindans Pronoms

Partager cet article

Ce qu’il faut savoir à leur sujet

  • Les pronoms indéfinis représentent des personnes, animaux ou objets, au caractère imprécis et vague. Ils remplacent ces éléments dans la phrase et peuvent être nominaux, c’est-à-dire ne pas posséder d’antécédents dans le texte, ou au contraire agir comme des pronoms de reprise, si leur idée est exprimée avant ou après leur apparition.
  • Il n’existe pas de règle générale qui s’applique à l’emploi des pronoms indéfinis : en revanche, chacun d’eux possède sa syntaxe propre, puisque se classent parmi ces pronoms des mots de provenances et de valeurs diverses. Ils sont de formes variées et peuvent exprimer des quantités nuancées. Certains ne s’emploient qu’au singulier, d’autres uniquement au pluriel.
  • Ils se construisent seuls comme sujet ou comme objet direct.

Classement des pronoms indéfinis

  • Les pronoms indéfinis peuvent se ranger dans deux grandes catégories :
  • Les pronoms invariables

Ce sont : autrui, …

Homophones : se/ce, ou/où et voir/voire

par Chantal Contantdans Homophones

Partager cet article

Certains mots qui se ressemblent appartiennent à des classes de mots différentes et ne se trouvent donc pas dans les mêmes contextes. On les appelle parfois des homophones interclasses. La compréhension de leur contexte d’emploi aidera à maitriser leur orthographe.

SE et CE

Par exemple, se et ce ne se comportent pas syntaxiquement de la même façon puisqu’ils n’appartiennent pas à la même classe de mots.

Le mot se est un pronom réfléchi. On le trouve toujours avant un verbe dans un emploi dit « pronominal » :

se regarder, s’embrasser, se parler, s’enfuir,

elle s’était évanouie, ils se trompent, elles se sont nui…

Le mot ce est plutôt un démonstratif, de la même famille que les mots ça,

Le gérondif

par Christine Ouindans Conjugaison, Temps et modes

Partager cet article

Définition

Le gérondif est la forme adverbiale du verbe, qui indique les circonstances de l’action exprimée par le verbe de la phrase auquel il se rapporte. C’est un mode impersonnel, car il n’a pas de désignation spéciale de la personne grammaticale, mais il a pour sujet le même que celui du verbe principal. Alfred de Musset nous en donne un joli exemple dans son poème La Nuit d’août, en faisant dire à la muse du poète : « Je regarde en rêvant les murs de ton jardin ».

Construction

Il existe deux temps du gérondif, le gérondif présent et le gérondif passé.

  • Le gérondif présent se construit avec la préposition « en » suivie du participe présent, et sa place ne doit laisser aucun doute ni équivoque quant à sa relation avec le sujet, surtout s’il est situé en début de phrase,

Billets par catégories