Le pluriel des noms composés

par Chantal Contantdans Orthographe

On écrit au pluriel des grands-pères avec deux « », parce que père est un nom variable et que grand est l’adjectif qui s’y rapporte. Au contraire, on laisse invariable des laissez-passer, des lève-tôt et des couche-tard, parce qu’il s’agit de noms composés formés à partir de verbes et d’adverbes.

Mais écrit-on un presse-fruit ou un presse-fruits? Des casse-tête ou des casse-têtes? Des sans-abri ou des sans-abris? Voyons la règle moderne pour ces noms composés d’un verbe et d’un nom, ou composés d’une préposition et d’un nom.

Commençons par poser la question suivante : met-on une marque de pluriel à la fin des noms simples au singulier : un appareil, un jeu, un itinérant? Non, car il y en a un seul. …

Partager cet article

L’accord du mot TEL

par Chantal Contantdans Accord

TEL

Le mot tel reçoit toujours un accord. Ce mot est un déterminant ou un adjectif en relation avec un nom. Selon le contexte, le mot tel sera

– masculin singulier : tel;

– féminin singulier : telle;

–  masculin pluriel : tels;

–  féminin pluriel : telles.

Lorsque tel est entre un déterminant et un nom, il s’accorde, comme n’importe quel adjectif : je ressens une telle émotion, j’ai de tels soucis, comme je ressens une belle émotion, j’ai de grands soucis.

Lorsque le mot tel est directement devant le nom, il s’accorde aussi :

Tel père, telle fille.

Lorsque tel gravite autour du verbe être, …

Partager cet article

Les subtilités du participe passé

par Christine Ouindans Conjugaison, Participe passé

George Sand

« … j’aurais eu des chèvres que j’aurais menées brouter dans les buissons », rêve la Valentine de George Sand, en s’imaginant fermière, car bien que née comtesse, elle est amoureuse d’un paysan. L’auteure, rare précurseure du féminisme au XIXe siècle, nous donne ici à apprécier l’excellence de sa grammaire : en effet, le participe passé suivi d’un infinitif s’accorde avec le complément d’objet direct qui le précède si celui-ci se rapporte à ce participe et qu’il accomplit l’action indiquée par l’infinitif, autrement dit, qu’il en est le sujet : J’aurais mené qui ? Réponse : les chèvres qui auraient brouté.

Autres exemples :

Les personnes que mon frère a vues partir : mon frère a vu qui ? Réponse : les personnes partir.

Les merles que tu as entendus siffler : tu as entendu quoi ?

Partager cet article