Accord d’un verbe à sujets multiples

par Chantal Contantdans Accord

Le sujet d’un verbe est multiple s’il est constitué d’une énumération : il y a alors plusieurs noyaux sujets.

L’ADDITION ET LA PERSONNE

Le verbe se met au pluriel chaque fois qu’il y a addition d’éléments. C’est notamment le cas avec et.

Le chat et le chien dorment.

Si un des éléments est à la 1re personne (moi, nous), celle-ci a priorité. Le verbe sera à la 1re personne du pluriel :

Luc et moi dormirons ici.

Toi et moi aimons la musique.

Brigitte, toi-même et moi nous promenions chaque soir.

Partager cet article

L’interrogation

par Chantal Contantdans Conjugaison, Temps et modes

À l’oral, nous utilisons divers procédés pour poser des questions :

Vous allez où?

Cette robe coute combien?

Pourquoi que tu cours?

C’est qui que nous engagerons?

Il est à la maison?

Les enfants sont-tu arrivés?

 

Interrogation directe à l’écrit

Dans un texte formel écrit, les règles de la formation des phrases interrogatives sont plus strictes. Elles suivent généralement les principes suivants:

– les mots interrogatifs doivent se trouver au début de la phrase et non à la fin;

– le marqueur est-ce que ou est-ce qui est utilisé, ou bien le sujet est inversé sinon repris par un pronom inversé équivalent.

 

est-ce que vous allez?

Partager cet article

Le ne explétif

par Christine Ouindans Négation

Il existe en français un « ne » dit explétif : cela signifie que son emploi ne modifie pas la phrase positive en une phrase négative. Il s’utilise pour l’élégance de la proposition, n’altère pas le sens de l’énoncé et se rencontre quasiment exclusivement dans la langue écrite, ayant pratiquement disparu de la langue parlée. Du reste, tous les exemples illustrant ce propos sont extraits de la littérature. Il faut en outre signaler que, dans Le bon usage, son célèbre ouvrage de référence si précieux à tous les grammairiens, Maurice Grevisse se réjouit de la suppression progressive de cette particule inutile qu’il qualifie de parasite. En effet, sa présence s’explique uniquement par le fait que la phrase contient une « idée négative ». Pour résumer, on la relève seulement dans certaines subordonnées introduites par la conjonction « que » et dans les cas suivants :

Partager cet article