La création de nouveaux mots

par Chantal Contantdans Vocabulaire

Il existe plusieurs procédés pour créer des mots en français.

1) L’emploi de préfixes et de suffixes permet de créer des noms, des verbes, des adverbes, etc. Par exemple, à partir de l’adjectif grand, on a créé le verbe grandir en lui ajoutant le suffixe -ir; on a créé le nom grandeur à l’aide du suffixe -eur. C’est un procédé de création de mots appelé la dérivation.

Les suffixes ne prennent pas de trait d’union : ils se soudent, s’agglutinent à la base du mot (à la droite de la racine, du radical) pour ne former qu’un seul mot. La majorité des préfixes ne prennent pas de trait d’union non plus.

2) On peut aussi créer des mots nouveaux par le procédé de composition. On obtient des mots composés par la combinaison de mots français déjà existants : un chauffe-eau, …

Partager cet article

Le bon usage du langage du divorce

par Christine Ouindans Vocabulaire

Nous avons publié, il y a quelques semaines, un billet sur le vocabulaire du mariage. Hélas, il arrive aussi que l’on divorce…

Le verbe divorcer peut se conjuguer avec :

  • L’auxiliaire avoir, lorsque l’action est passée et établie. Empruntons une illustration à Chateaubriand, tirée de son roman de jeunesse intitulé Les Natchez, dans lequel il décrit la vie de la tribu indienne en question :

« …les anges célèbrent incessamment les noces de ces femmes qui ont divorcé avec la terre pour s’unir au ciel. »

  • L’auxiliaire être pour signifier que l’état se situe au temps indiqué par l’auxiliaire : divorcé(e) devient alors un adjectif. On dit ainsi : elle est divorcée (maintenant) ou il était divorcé (à cette époque). Voici un exemple tiré de La Mort du petit cheval d’Hervé Bazin :

« Encore qu’elle soit divorcée d’un lieutenant de vaisseau… »

Partager cet article

Le bon usage du langage du mariage

par Christine Ouindans Vocabulaire

  • Se fiancer

Tout d’abord, on se fiance…

On se fiance à celui ou celle que l’on aime, mais on peut également se fiancer avec celui ou celle que l’on chérit : les deux constructions sont correctes.

Ainsi l’écrit Voltaire, dans sa comédie intitulée L’Enfant prodigue :

 Quand l’étourdi dut en face d’église,

Se fiancer à ma petite Lise…

Ou André Maurois, dans son conte Meïte ou la Délivrance :

Il passait en effet pour être fiancé avec une jeune fille de la ville…

Mais les fiançailles ont toujours lieu avec untel ou une telle, exemple :

Nous célébrerons le mois prochain les fiançailles de notre cousine avec son promis.

  • Se marier

Ensuite, …

Partager cet article