Les marques d’usage dans les dictionnaires

par Chantal Contantdans Vocabulaire

Le dictionnaire est une ressource précieuse du point de vue des référents culturels d’une société. Il contient une part de notre identité, de nos valeurs, de nos références.

Mais ces référents culturels varient d’une région à l’autre. Si on demandait à un Africain et à un Québécois le sens du mot « nord » pour eux, ils ne décriraient certainement pas les mêmes spécificités. Si on demandait à un Européen à quoi peut faire référence le mot « fleuve », il aurait une réponse assez différente de celle d’un Québécois : sur un pont, on peut traverser à pied en moins de cinq minutes le fleuve La Seine à Paris ou La Tamise à Londres, mais traverser le fleuve Saint-Laurent à pied à Québec, à Trois-Rivières ou à Montréal relève d’une tout autre réalité!

La grande linguiste Hélène Cajolet-Laganière a contribué à faire prendre conscience de ces réalités divergentes. …

Partager cet article

Des fautes courantes : le barbarisme, l’impropriété et le solécisme

par Hélène Dumaisdans Conjugaison, Orthographe, Syntaxe, Vocabulaire

En matière de langue, les erreurs sont de divers types. Anglicisme, barbarisme, impropriété, pléonasme, solécisme, etc., jalonnent les textes, parfois même à l’insu du rédacteur ou de la rédactrice. Pour faire le point sur certaines fautes courantes, nous examinerons en particulier le barbarisme, l’impropriété et le solécisme.

Barbarisme

Le barbarisme est une erreur par altération de mot ou de sens. Il peut être lexical, par exemple quand on emploie :

  • * aréoport au lieu de aéroport
  • * dilemne au lieu de dilemme
  • * enduire en erreur au lieu de induire en erreur
  • * enligner au lieu de aligner
  • * rénumération au lieu de rémunération
  • * tête d’oreiller au lieu de taie d’oreiller

Le barbarisme peut aussi être grammatical, …

Partager cet article

Rédiger équitablement

par Hélène Dumaisdans Vocabulaire

Il existe à l’heure actuelle différentes façons de rédiger pour exprimer la diversité humaine. Parmi les procédés employés, les trois modèles suivants se démarquent : la rédaction épicène, la rédaction non binaire et la rédaction inclusive.

Le volet théorique

La rédaction épicène

L’expression rédaction épicène repose sur la combinaison de deux termes. Le premier correspond à la faculté de rédiger, peu importe le type d’écrit, pour livrer un message. Le second signifie « qui a la même forme pour les deux genres ». On trouve ainsi des noms épicènes (ex. : un ou une élève; une ou un journaliste), des adjectifs épicènes (ex. : habile) ou des pronoms épicènes (ex. : tu). Lorsqu’on combine les termes rédaction et épicène, on étend le sens de l’adjectif pour désigner des textes représentant équitablement les femmes et les hommes. …

Partager cet article